Lettre ouverte aux analystes financiers français suivant les Biotechs en général et l’entreprise GENFIT en particulier.


Don-Quixote-Windmill-570x484


  

"Je ne dis pas que c’est pas injuste , je te dis que ca soulage. » 

Michel Audiard



Messieurs les Analystes financiers français,


Vous travaillez pour des donneurs d’ordres que sont des sociétés d’investissement ou des banques. Admettons, Il faut bien gagner sa vie.

Ils vous payent pour un travail qui n’est pas un travail de service public mais bien un travail destiné à les enrichir.

Mais vous êtes analystes financiers professionels et donc êtes sensés étudier honnêtement et  sérieusement le potentiel et les valorisations des entreprises que vous suivez.

Quand vous publiez une note qui va influencer le marché, il est clair que vous avez donné la primeur de vos informations à votre financeur qui va se positionner en conséquence afin de profiter au maximum du mouvement de marché que pourrait générer votre note.

Si le marché permet que votre donneur d’ordre se positionne en décalage de votre position pour profiter du mouvement de marché qu’il génère, il le fera sans états d’âme, en s’enrichissant aux dépends des petits porteurs qui auront suivi votre avis et cela en toute légalité.

Je fais ce préambule pour que certains petits porteurs naïfs comprennent bien que vous n’êtes pas là pour leur faire profiter gratuitement de vos lumières mais bien pour enrichir ceux qui vous payent, vous êtes, factuellement, les principaux agents de la manipulation de marché quotidienne et votre influence ne cesse de croitre.

Cela n’est pas nouveau mais malheureusement, aujourd’hui, les autorités de régulation des marchés financiers de notre pays sont dépassées, le gendarme de la bourse poursuit a bicyclette les voitures de courses pilotées par les fonds, banques et autres sociétés financières. Certains de vos donneurs d’ordres profitent bien de cet état de fait car la majorité des manipulations flagrantes de cours ne sont plus sanctionnées par une administration sans moyens.

Quand je fais référence aux Analystes « FRANÇAIS »  ce n’est pas par hasard. Contrairement aux USA, le patriotisme économique n’est pas de mise dans notre pays, on le sait.

Comprenez bien que je ne sous entend pas que vous soyez malhonnêtes, loin de là, vous faites simplement le travail pour lequel vous êtes payés, sans état d’âme, et beaucoup de nous faisons de même dans notre activité quotidienne.

Mais faut il pour cela que certains d’entre vous se comportent comme des mercenaires apatrides.

Certaines de vos analyses totalement biaisées contribuent à la perte pour la France de ses entreprises les plus créatives, celles qui construisent la richesse de demain pour notre pays. 

L’objectivité que vous revendiquez  dans vos études n’est souvent que de façade et cause un tort infini à nos pépites nationales en les empêchant de se financer et en contribuant ainsi à leur rachat par des entreprises étrangères.

A titre d’exemple de mon propos,  nous allons examiner un secteur ou la France est reconnue de par le monde pour être en pointe de la recherche et de l’innovation. Les sociétés de biotechnologie couramment appelées Biotechs.

Je lis souvent qu’il est normal pour vous que les Biotechs françaises soient valorisées 5 fois moins que les entreprises américaines à valeur scientifique égale.

C’est pour vous une évidence telle que vous l’intégrez dans vos objectifs de cours régulièrement sans même sentir le besoin de vous justifier.

Et bien moi je vous demande de vous justifier, car les évaluations au doigt mouillé que vous faites sont propices à toutes le manipulations si vous ne les étayez pas un minimum.

Autant on peut imaginer que des entreprises ciblant un marché national puissent être limités par la taille de leur marché, les marchés étrangers étant protégées par de barrières couteuses à franchir, autant dans le cas du marché du médicament, ce dernier est international et les réseaux de distribution totalement adaptés à une diffusion mondiale rapidement.

Peu de nous savent de quel pays provient le médicament que l’on nous prescrit, et aucune barrière nationaliste ne freine sa diffusion.

Un médicament, une fois accepté par les deux grandes agences de santé que sont la FDA et l’EMA, bénéficie immédiatement d’une diffusion mondiale assez facilement.

L’investissement dans le monde des Biotechs est un investissement qui présente un certain risque mais celui ci est le même que l’entreprise soit situé aux états unis ou en France.

Alors comment justifiez vous que vous considériez dans vos analyses que, à qualité égale de candidat médicament et donc de profits futurs, l’entreprise française vaille 5 fois moins que l’entreprise américaine.

Le problème est que vous ne savez pas le justifier, alors vous inventez des raisons fallacieuses et, au bout d’un moment, à bouts d’arguments, certains de vous en viennent à chercher et même inventer des défauts qui vont diminuer la valorisation de la société française juste pour justifier votre analyse ou votre position intenable. 

Certains de vous détruisent donc en connaissance de cause la valeur de nos sociétés françaises pour essayer d’avoir raison.

Prenons l’exemple de la société GENFIT que je connais bien pour la suivre depuis longtemps et avoir pris le temps de l’étudier aussi finement que possible.

Elle a développé un candidat médicament pour soigner la NASH une maladie mondiale du foie actuellement sans traitement. Le marché annuel estimé par les analystes américains est de 35 milliards de dollars, excusez du peu.

Un certain nombre de biotechs se sont lancé sur le développement de molécules pouvant traiter cette maladie, mais une rapide analyse du marché montre que deux sociétés sont très largement en avance sur les autres : INTERCEPT PHAMACEUTICAL qui est américaine et GENFIT française. 

La société INTERCEPT PHAMACEUTICAL américaine est valorisée environ 5 milliards $

La société GENFIT  française est valorisée environ 1 milliard $

Le consensus des analystes français sur la valeur GENFIT est de 1,3 milliards de $

Le consensus des analystes américains sur la valeur INTERCEPT est de 8,5 milliards de $

Que peut justifier cet écart de valorisation ?

 

Absolument rien !

 

Je vais balayer ci dessous toutes les argumentations fallacieuses que j’ai pu lire dans les diverses notes et réactions publiées par les analystes français.

 

1.    INTERCEPT PHARMACEUTICAL va mettre sur le marché une autre indication de sa molécule et cela explique l’écart de valorisation !

 

Cela est partiellement vrai, INTERCEPT est en instance de commercialiser l’OCA sur le marché de la PBC ( Primary Biliary cirrhosis ) mais pour combien cela peut il compter dans sa valorisation ?

 

La prévalence de la PBC est évaluée selon les études entre 45 et 300 cas pour un million d’habitants. INTERCEPT n’a retenu dans ses projections que le haut de la fourchette, c’est à dire 300, et pas un analyste n’a exprimé ses doutes sur le sujet.

Il existe un autre traitement sur le marché depuis 20 ans et celui ci a un coût d’environ 2500$ par an. 

INTERCEPT reconnaît qu’il ne traitera que les cas réfractaires au médicament en place soit environ 30 000 patients.  Même si INTERCEPT vend son médicament 4 fois le prix de celui sur le marché, cela ne ferait qu’un chiffre d’affaire de 300 M$ pour le médicament. Si l’on se réfère aux ratios en cours de valorisations des biotechs US (2,4 fois le CA de pointe). Cela ne correspond qu’a maximum 800 M $ de valorisation, et n’explique pas l’écart de valorisation

 

 

 

2.    INTERCEPT PHARMACEUTICAL a un pipe de molécules en cours d’études supérieur à celui de GENFIT ce qui explique l’écart de valorisation

 

Il suffit d’aller voir les sites des deux sociétés pour se rendre compte que c’est exactement l’inverse, GENFIT à plus de molécules en étude qu’INTERCEPT.

 

 

3.    INTERCEPT PHARMACEUTICAL est en avance sur le planning de GENFIT et sera sur le marché le premier

 

Les derniers rebondissements montrent que cela est faux : En finissant de manière prématurée son étude de phase 2b en janvier 2014, INTERCEPT avait pris plus d’un an d’avance sur GENFIT qui finissait sa propre étude en février 2015. Mais les problème de sécurité que posent la molécule d’INTERCEPT (l’OCA) ont freiné l’approbation des agences FDA et EMA sur le design de leur phase 3, ce qui fait que le lancement de la phase 3 INTERCEPT c’est faite fin septembre 2015 quand GENFIT va lancer sa phase 3 en décembre 2015, le décalage n’est plus que de 3 mois.

Mais surtout le design de l’étude de GENFIT ne nécessite de recruter dans un premier temps que 900 patients sur 72 semaines quand INTERCEPT doit recruter 1400 patients pour cette même durée.

GENFIT ira forcement bien plus vite pour recruter ses patients avec une molécule qui n’a pas de problèmes de sécurité a contrario de celle d’INTERCEPT

Il y a donc maintenant un léger avantage à GENFIT dans le planning.

 

 

4.    INTERCEPT PHARMACEUTICAL a beaucoup plus de trésorerie que GENFIT et peut autofinancer sa phase 3

 

Cela n’est pas  vrai, la trésorerie de INTERCEPT est environ 10 fois plus importante que celle de GENFIT , (650 m$ vs 65 M$) mais INTERCEPT brule son cash 10 fois plus vite que GENFIT (180 M$ /an vs 18 M$ / an) ce qui fait qu’en terme de pérennité ils sont à quasi égalité.

Les deux sociétés ont proportionnellement les mêmes besoins de trésorerie pour effectuer leur phase 3. 

INTERCEPT ne peut pas plus que GENFIT financer la totalité de sa phase 3 avec ce qu’ils ont en caisse.

 

 

5.    INTERCEPT PHARMACEUTICAL a réussi sa phase 2b alors que GENFIT a échoué

 

On rentre dans l’argumentaire qui a fait plonger GENFIT de 40% en mars 2015, depuis, de nombreuses études et publications montrent que sur une population équivalente à celle de l’étude d’INTERCEPT, GENFIT fait mieux sur presque la totalité des paramètres. 

Le critère que l’étude d’INTERCEPT avait atteint n’a pas été retenu par la FDA pour les phases 3 alors que celui de l’etude de GENFIT de Phase 2b a été retenu comme référence. or INTERCEPT avait échoué sur ce critère en particulier.

Mieux encore, la FDA a modifié cet été ses critères de définition de la maladie et donc la définition de ses critères de reversion  au vu de l’évolution des connaissances médicales.  Analysée avec ces nouveaux critères, l’étude de GENFIT est un entier succès alors que celle d’INTERCEPT ne passerait pas la barre.

Aujourd’hui l’ensemble des spécialistes de la NASH dans le monde considère que le médicament de GENFIT est égal ou supérieur à celui d’INTERCEPT pour le traitement de la NASH et dispose d’une bien meilleure sécurité d'usage.

 

 

6.    Et La dernière trouvaille d’un analyste (récidiviste ) pour plomber la valeur a la publication du design de la phase 3 , « les nouveau critères de l’étude de phase 3 de GENFIT ne semblent pas correspondre à celles de phase 2b » ( sous entendu, ca jette le doute sur la possibilité de succès en phase 3)


La phrase en elle même est une Lapalissade  mais l’intention de nuire est bien là.

Il est évident que la nouvelle définition consensuelle de la maladie imposée par la FDA a changé entre la phase 2b et la Phase 3, et ce n’est pas du fait de GENFIT

Mais pour moi un analyste qui ne va pas plus loin et sort ce genre de formule en annonçant rester neutre sur la valeur ne fait pas son travail, et il le fait exprès.

  • ·      Soit il ne cherche pas plus loin que de constater et cela relève clairement de l’incompétence. 
  • ·      Soit il a pris le temps de lire les résultats d’études déjà publiées ou d’écouter les présentations, et il ne peut que constater que ces nouveaux critères sont incroyablement plus favorables pour GENFIT que pour son concurrent. Ne pas, au minimum,  l’évoquer relève donc de la malhonnêteté  intellectuelle.
  • ·      Soit pire, son donneur d’ordre a des positions telles sur la valeur concurrente qu’il lui a commandé une analyse fallacieuse pour faire son beurre. Et là on tombe dans la manipulation de cours, ce que je n’espère pas, ni pour l’analyste ni pour son donneur d’ordre.

  

Messieurs les Analystes, pour justifier vos positions attentistes voir ridicules sur GENFIT vous avez déclaré réclamer plus de précisions, un accord de la FDA, des informations scientifiques.  Et quand ces informations arrivent enfin et sont très positives,  vous trouvez d’autres échappatoires, d’autres demandes pour essayer encore de justifier de ne rien changer à vos analyses.  Vous continuez à fuir vos responsabilités. 

Rien,  absolument rien ne justifie que GENFIT soit valorisé 5 fois moins que son concurrent américain, si ce n’est le fait d’être une entreprise française couverte par des analystes français. Ce constat est affligeant.

On pourrait se dire que, tant pis pour les analystes français trop frileux, ce seront les autres qui feront de belles plus values, mais en fait,  messieurs les analystes, votre comportement frileux empêche les Biotechs françaises de se financer correctement sur les marchés pour assurer leur développement seules.  De ce fait elles finissent donc pratiquement toutes à se faire racheter à vil prix par des entreprises pharmaceutiques étrangères.

GENFIT qui de par l’excellence reconnue de son savoir faire, et son candidat médicament unique, qui pourrait, dans un futur proche, soigner des millions de gens tout en rapportant des milliards de devises à la France, essaye de développer un modèle alternatif en refusant de céder à vil prix 15 ans de travail et en continuant de se développer sur le territoire français.   Toutefois , elle peine à se valoriser suffisamment pour assurer son développement face aux conccurent americain

Et vous, analystes financiers français,  plutôt que de faire votre travail de vulgarisation vers les investisseurs et de  l’accompagner vers une croissance qui serait profitable sur le long terme, à tous, même à vos donneurs d’ordre, vous préférez jouer les fossoyeurs pour réaliser de petits profits court terme. 

Parce que vous refusez de les valoriser à leur juste valeur comme savent le faire vos collègues américains, des entreprises françaises créatrices d’emploi et de richesse sont bradées avec le savoir faire et l’excellence de nos chercheurs. Ce sont des emplois francais et des savoir-faires uniques qui partent à l'etranger parce que vous, Analystes ne faites pas votre boulot correctement.

 

Je ne vous félicite pas.

 

G DIVRY

 

Le 17 novembre 2015

 

logo-pdf

 Version PDF

 

 


WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016