UN MODELE D’EVALUATION DU MARCHE DE LA NASH (Nouveau)

pills-943764 1920


Modèle de projection du chiffre d’affaire prévisionnel des médicaments ciblant la stéato-hépatite non alcoolique (NASH)

 

Le modèle proposé s’appuie sur une segmentation de marché simplifiée et comme tous les modèles, il a de nombreuses limitations.

 

LES HYPOTHESES

Les projections proposées  sont particulièrement prudente dans leurs hypothèses initiales.

La segmentation du marché est celle présentée dans l’étude précédente recalée avec les données suivantes :

·      La prévalence globale de la NASH a été ramenée à 5 % de la population adulte.

·      Nous sommes partis sur une évolution globale de prévalence de la maladie similaire à celle de l’obésité qui est de l’ordre de 1,3% annuelle soit environ +10% sur 7 ans (5,5% globale en 2027)

·      Le taux de soins a été revu à la baisse du plus élevé pour les patients cirrhotiques (60%) au plus bas pour les patients ayant une fibrose modérée et pas de diabète (5%).

·      Le coût du traitement pris en compte est dans une fourchette raisonnable de 20000$ à 8000$ par an pour les traitements de la cirrhose et de 15000$ à 6000$ par an pour les autres patients. Les traitements n’impactant que la NASH légère sans fibrose sont estimés entre  3000$ et 1200$ 

Ces paramètres induisent un marché global de la NASH, une fois mature, se situant entre 30 Mds$ et 60 Mds$.

Toutefois, la concurrence aidant , les prix des médicaments baissant conjointement avec l’augmentation de la taille du marché, le pic annuel des ventes devrait être plus proche de 38 Mds$

 

METHODOLOGIE

L’évolution de la prévalence globale de la NASH prise en compte sur la période étudiée (2019-2026)  est la suivante :

 

Les patients pris en compte dans ce modèle sont les patients présentant un score NAS >=4

Ils sont divisés en 5 segments correspondant à leur état de fibrose ( de 0 a 4).

Chacun de ces segments est subdivisé en 4 sous segments :

-       Risque Cardio Vasculaire identifié avec diabète de type 2

-       Risque Cardio Vasculaire identifié sans diabète de type 2

-       Pas de Risque Cardio Vasculaire identifié avec diabète de type 2

-       Pas de Risque Cardio Vasculaire identifié sans diabète de type 2

 


 

Cela fait donc 20 segments de marché étudiés

Pour cette étude nous avons retenu 15 molécules parmi les plus avancées dans leurs études cliniques

 

  • Elafibranor               GENFIT
  • OCA                            INTERCEPT
  • Cenicriviroc               ALLERGAN
  • Emricasan                 CONATUS
  • GS4997                     GILEAD
  • GR-MD-02                 GALECTIN
  • Aramchol                   GALMED
  • MSDC-0602              OCTETA
  • Volixibat                    SHIRE
  • GS9674                     GILEAD
  • IVA337                      INVENTIVA
  • IMM124E                  IMMURON
  • Saroglitazar               ZYDUS
  • GS0976                     GILEAD
  • BMS 986038            BMY

 

Pour chacune de ces molécules nous avons tenté d’évaluer sa date prévisionnelle d’arrivée sur le marché (autorisation de mise sur le marché)  et les segments ciblés.

Pour simplifier, chaque segment de fibrose est pondéré par un pourcentage représentant la cible supposée du médicament.

Les segments de risque CV et de diabète sont aussi pondérés par un pourcentage global

 

 


Ces choix s’appuient sur les études cliniques connues, par exemple le risque CV lié a l’augmentation du LDL généré par l’OCA implique que la probabilité de sa prescription aux patients ayant un risque cardio vasculaire est deux fois moindre que celle de l’Elafibranor qui est au contraire cardio protecteur. A l’inverse, l’efficacité de l’OCA pour les patients non diabétiques est débattue ce qui devrait limiter les prescriptions pour ces patients.

Les dates de mise sur le marché partent du postulat que toutes les molécules sont à même d’obtenir une autorisation de subpart H qui accélèrerait leur mise sur le marché. Si cette autorisation n’était pas obtenue pour une molécule, celle ci n’aurait aucune chance d’être sur le marché avant 2026 et sortirait alors du tableau.

Il est tenu compte que les études cliniques à venir pourraient bénéficier de méthodes de diagnostic et de suivi plus souple que les biopsies hépatique et donc diminuer ainsi la durée de recrutement de leur patients.

Sur la base des délais constatés chez les deux leaders, une molécule en début d’étude clinique de phase 2b actuellement nécessiterait donc

  • 12 mois pour  finaliser sa phase 2,
  • 6 mois pour étudier les résultats et démarrer sa phase 3
  • 12 mois pour recruter les patients de sa phase 3
  • 18 mois pour l’essai de phase 3
  • 12 mois pour présenter ses résultats et obtenir l’AMM provisoire

Soit un total de 60 mois

 

Une molécule en fin d’étude clinique de phase 2 actuellement nécessiterait donc :

  • 6 mois pour étudier les résultats et démarrer sa phase 3
  • 12 mois pour recruter les patients de sa phase 3
  • 18 mois pour l’essai de phase 3
  • 12 mois pour présenter ses résultats et obtenir l’AMM provisoire

 Soit un total de 48 mois

 

Ces durées sont très optimistes comparés aux délais constatés chez les deux leaders, en particulier pour le recrutement (18 mois).

Une molécule qui obtient une AMM n’est pas présente immédiatement sur le marché et sa pénétration de marché  est progressive, le temps que le prescripteurs prennent connaissance du médicament.

Pour intégrer ce paramètre nous avons intégré une courbe de progression appliquée au chiffre d’affaire potentiel à compter de l’AMM.

Cette courbe est la suivante, elle reste toutefois paramétrable.

 



Le marché est lui même un marché vierge, non diagnostiqué et qui, de ce fait, va prendre un certain temps pour se mettre en place, le temps que les patients soient diagnostiqués.

Il nous semble évident que le taux de diagnostic initial sera très différent selon les segments précités.

Par exemple les patients cirrhotiques (F4) sont déjà diagnostiqués en grande majorité et la mise en place du marché pour ces patients sera très rapide.

De même les patients suivis pour un diabète seront parmi les premiers diagnostiqués, ceux qui sont suivis pour un risque cardio-vasculaire aussi, bien que plus modérément. Les patients les plus longs à diagnostiquer seront ceux qui ne suivent aucun traitement chronique.

Pour chacun de ces segments nous avons donc établi une courbe de progression du marché dans le temps qui nous semblait vraisemblable ( peut être optimiste).

 

Elles sont représentées ci dessous :

 


Un autre facteur à prendre en compte est le prix de marché.

Il est clair et annoncé que les premiers sur le marché pratiqueront un prix élevé qui sera progressivement pondéré à la baisse avec l’arrivée de la concurrence.

Ce facteur est complexe à estimer mais nous l’avons essayé de l’intégrer dans les projections avec la courbe suivante qui montre la dégressivité du prix dans le temps avec l’arrivée de  la concurrence.

 


 

L’ensemble de ces facteurs permet d’évaluer par segment le marché global de la NASH dans le temps

Par souci de lisibilité nous avons regroupé les segments de la manière suivante :

o   Les patients cirrhotiques sont traités séparément.

o   Les patients ayant un grade de fibrose situé entre 0 et 3, subdivisés ainsi :

  • ·     Risque Cardio Vasculaire identifié avec diabète de type 2
  • ·      Risque Cardio Vasculaire identifié sans diabète de type 2
  • ·      Pas de Risque Cardio Vasculaire identifié avec diabète de type 2
  • ·      Pas de Risque Cardio Vasculaire identifié sans diabète de type 2

  


 Sur cette base, et en comparant mois par mois la concurrence sur chacun des 20 segments du marché, il devient possible d’estimer les parts de marché respectives de chacun des médicaments dans le temps.

Une certaine inertie dans la variation est prise en compte pour simuler la résilience du marché, nous avons pris en compte cette résilience par segment de marché et en prenant en compte le taux de saturation du segment de marché concerné. Elle est calculée par une moyenne mobile sur 6 mois ce qui est assez peu mais adapté à un marché vierge et en pleine mutation. Une certaine résilience des parts de marché est aussi intégrée pour tenir compte de la prime aux premiers (entre 0% et 20% d’inertie selon la durée de présence sur le marché).

Ceci nous permet d’établir une projection des chiffres d’affaire par trimestre pour chacun des médicaments cités, il va de soi que cela n’inclut pas le risque d’échec de chaque médicament ni la place des combos qui ne sont pas connus à ce jour.

 

LES RESULTATS

On constate un éclatement du marché à partir de 2023 avec l’arrivée d’une multitude d’acteurs qui progressivement prennent leur place, même si il reste une prime aux premiers entrants. La faiblesse relative d’un médicament présent sur un segment faute de conccurence fait qu’il est rapidement remplacé lorsque un medicament plus ciblé arrive sur ce même segment.

 

 


L’effet des SUBPART H

Il est intéressant d’étudier ce qui se passe si l’on limite la possibilité de Subpart H aux 3 premiers médicaments sur chaque segment ce qui repousse de plus de 2 ans l’arrivée sur le marché des médicaments suivants.  Cette configuration est très favorable aux premiers entrants.

 




CONCLUSION

Ce modèle s’appuie sur de nombreux postulats qui sont discutables et cela limite donc sa portée en tant que modèle de prévision, toutefois nous avons essayé d’intégrer toutes les connaissances du marché de la NASH actuellement en notre possession pour essayer de nous approcher au plus près d’un modèle cohérent. 

Les résultats donnent donc une indication qui peut servir de base de travail à l’évaluation du potentiel de chacun des laboratoires pris en compte.


COMPLEMENT ! Une explication de la methodologie utilisée ainsi que la simulation de scénari alternatifs est disponible en anglais en suivant ce lien



WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016  - Contact and TERMS OF USE