NASH, ETAT DES LIEUX (Aout 2016)

news-1074610 1920-2


Etat des lieux sur le marché potentiel de la NASH et de ses acteurs au Q3 2016

 

Le marché reste important, estimé mondialement à environ 40 milliards de $ annuel à partir de 2022.

Il est de fait segmenté par la sévérité de la maladie et géographiquement

La sévérité de la maladie est un facteur important car elle impacte autant la facilité de diagnostic, le nombre de patients et le cout du traitement.


Le coût du traitement dépendra logiquement des patients ciblés.

Le coût récemment proposé par Intercept Pharmaceutical pour son Ocaliva dans le traitement de PBC ( environ 70 000 $ annuel) donne une indication de leur stratégie de prix  sans pour cela être vraiment significative ..

Ce positionnement de prix est sans doute une stratégie d’attente en prévision de leur hypothétique accès au marché de la NASH. Un prix aussi élevé leur laisse tout le temps d’affiner leur future stratégie de prix sur le marché NASH qui sera très vraisemblablement plus basse.

 La faible taille du marché de la PBC est un bon prétexte pour le faire car les faibles résultats obtenus par l’Ocaliva sur un surrogate endpoint ad hoc dans l’étude clinique ayant permis leur AMM ne plaident pas pour un prix si élevé.

 

Il existe en effet un dilemme pour les Laboratoires ayant une molécule avec une activité à large spectre sur la NASH.


- Soit ils se limitent au marché des patients cirrhotiques et pré-cirrhotiques avec un prix de vente élevé mais peu de patients, et du fait de ce coût ne peuvent cibler le reste des patients moins atteints beaucoup plus nombreux.

- Soit ils ciblent l’ensemble des patients mais doivent alors pour cela pratiquer un prix beaucoup plus bas et parier sur la mise au point d’outils de diagnostics largement diffusés.

 

Les outils de diagnostic sont de plus en plus avancés et on peut imaginer qu’ils seront lancés sur le marché dès 2019 pour permettre le diagnostic des patients modérément atteints, mais leur utilisation par le monde médical ne se fera pas en un jour et va sans doute s’étaler sur plusieurs années.

En attendant, il est  plus facile d’identifier les patients les plus atteints avec une cirrhose et dont les symptômes deviennent apparents.  CONATUS dans une de ses présentation estime que à ce jour, entre 70 et 95% des patients cirrhotiques sont diagnostiqués quand seulement 15 a 20% des patients fibrotiques (F2 F3) le sont !

Selon les études publiées le nombre de patients ayant atteint le stade de la cirrhose est situé entre 4 et 9% des patients ayant une NASH.

Ces patients nécessiteront sans doute une bi thérapie traitant la NASH et simultanément plus spécifiquement la fibrose hépatique. Ces patients présentent généralement aussi une dyslipidémie  et un diabète de type 2 qu’il ne faudra pas aggraver.

Etant donné que le pronostic vital peut être vite engagé pour les patients souffrant de cirrhose et que le coût d’une greffe de foie, actuel seul traitement proposé, est très élevé (actuellement 530 000 $ aux Etats Unis d’Amérique), le cout du traitement pourra être lui aussi élevé si son efficacité est prouvée.

De nombreux analystes s’entendent sur une moyenne de coût  annuel du traitement de la NASH de l’ordre de 15 000 $. Selon moi ce cout ne sera supportable que sur les patients les plus atteints dont le pronostique vital est engagé a court moyen terme.

Je pense que c’est un coût qui pourra soit  être appliqué uniquement les toutes premières années de mise sur le marché, soit pour un combo spécifique ciblant NASH et fibrose réservé aux patients les plus avancés dans leur maladie.

Cette possibilité de Combo souvent évoqué par l’industrie n’est pas neutre, car outre la possibilité d’augmenter les effets d’un traitement en combinant plusieurs molécules elle permet aussi aux labos de segmenter les marchés et de pratiquer des prix très différents sur ces médicaments combo selon la taille et la sévérité des segments de marché. 

Je suis convaincu que c’est la stratégie poursuivie par GILEAD et qui justifie ses nombreuses acquisitions de molécules ciblant la NASH au tout début de leur développement.

 

En attendant les labo ne sont surs que de la réalité d’un marché, celui des patients les plus atteints, c’est pourquoi dans un premier temps il semble logique que leur stratégie soit de le cibler en priorité  quitte a faire évoluer leur stratégie de prix au fur et a mesure que le nombre de patients diagnostiqué augmente.


En ce qui concerne la répartition du marché il est a noter que les dernières études révèlent une prévalence de la NASH en Asie bien plus élevée qu’imaginée initialement. Il faudra donc surveiller de près les annonces d’accord de licence dans cette zone du monde.

 

Les  laboratoires en course sont toujours les mêmes, certains labos comme Novartis se sont aussi lancés dans la course mais leurs études en sont au tout début et nous nous concentreront sur les laboratoires ayant des phase 3 et 2b en cours.

 

Les 2 laboratoires en phase 3 sont INTERCEPT Pharmaceutical (USA) et GENFIT (France)

En terme de timing, ils sont au coude à coude, ni l’un ni l’autres ne donnent le nombre de patients déjà recrutés dans leur étude mais les deux annoncent une fin de recrutement prévisionnelle au premier semestre 2017.

Signe que le recrutement est un point sensible et pas évident, INTERCEPT  vient de lancer un site internet dédié au recrutement de l’étude REGENERATE.

 

TOBIRA vient d’annoncer ses résultats de phase 2b dans la NASH avec son cenicriviroc, ils sont mauvais en ce qui concerne leur critère NASH  ( baisse de 2 pts du score NASH sans aggravation de la fibrose) mais intéressant sur le volet purement  dédié à l ‘amélioration de la fibrose hépatique , cela leur ouvre une porte pour se rapprocher de l’un des autres acteurs de la NASH afin d’élaborer un combo ciblant les patients très atteints comme expliqué précédemment. ils ont annoncé préparer une Phase 3 sur la fibrose hépatique, il reste à estimer leur capacité a trouver le financement de cette phase 3 . il faudra donc surveiller leurs annonces dans les mois prochains.

 

GILEAD devrait finir sa phase 2b concernant le simtuzumab ciblant la fibrose hépatique dans quelques semaines, Quelques fuites sur le net ont evoqué de mauvais resultats mais il est difficile de se fier a des rumeurs, si cela était le cas il est fort possible que GILEAD reprenne alors ses acquisitions dans la NASH et le cenicriviroc de Tobira avec ses résultats positifs sur la fibrose serait une cible parfaite pour remplacer le simtuzumab dans le portfolio de GILEAD.

 

GALMED semble avoir de grandes difficultés à recruter pour leur étude ARREST concernant l’Aramchol dans la NASH avec presque un an de retard sur le calendrier initial, ils annoncent maintenant une fin de recrutement fin 2016 pour des résultats de phase 2b troisième trimestre 2018.

 

Ils ont passé des accords de distribution sur l’asie avec des ‘upfront payments’ permettant de financer en partie l’étude en cours.

 

CONATUS espère les résultats de son étude ENCORE-NF évaluant l’action de l’émricasan sur les patients cirrhotiques induits par une NASH  en 2018 , il est a noter que leur cible est uniquement la cirrhose et qu’ils ciblent aussi les cirrhoses induites par l’alcool ou l’hépatite C et que leur étude de phase 2 montre une efficacité uniquement sur les patient ayant un MELD score élevé (>=15) .

Ils expliquent dans leur présentation que le marché est plus dans la cirrhose que dans fibrose mais leur étude ENCORE NF  (NCT02686762) cible les fibroses F1 à F3 ( avec des restrictions pour les patients F1) et exclu les cirrhoses ?

 

GENFIT a annoncé qu’ils comptents lancer une étude dans la NASH pédiatrique rapidement et que leur étude de phase 3 RESOLV’IT dans la NASH en cours de recrutement incluerait 200 patients ayant une fibrose F1 pour explorer ce segment de patients ignorés par les concurrents.

 

Pour terminer, une étude de phase 3 sur le sarogiltazar devrait être lancée  dans la NASH sous peu  mais son design n’a pas été encore publié.

 

A suivre ...

question-mark-1026527 1920

WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016