DONNEES SUR REPONDEURS, UNE LECTURE PERTINENTE ?

call-15924 1920


GENFIT essaye de demontrer un certain nombre d’améliorations sur les patients répondeurs, mais étant donné les paramètres qu’ils mettent en exergue, la lecture qui en est faite est elle pertinente, et ne sommes nous pas dans un systeme autoreferentiel naturellement biaisé



Si l’on relit avec attention l’article co écrit par Albert Wright et moi même concernant le biais statistique induit par les biopsies du foie peu représentatives de l’état du foie des patients peu atteints .. on peut s’interroger sur la lecture faite  des études produites par GENFIT et les redacteurs de l’article de gastroeterology concenant les améliorations histologiques spécifiques des répondeurs.

Ce qui m’interpelle ce ne sont pas les études en soi mais les conclusions hatives qui en sont tirées et que je lit un peu partout.

Ces conclusions insistent sur la nécessité d’identifier les sous groupes de patients NASH qui seront répondeurs afin de les traiter en priorité. rédigé ainsi, cela semble coherent mais est on bien sur que seuls les patients répondeurs bénéficient d’améliorations de leur état de santé.

Rappelons ce qui est considéré par les redacteurs de l’article comme des patients répondeurs, ce sont les patients ayant obtenu une réversion de leur NASH ( selon les anciens ou nouveaux critères sans aggravation de la fibrose. c’est a dire l’Endpoint principal de l’étude GOLDEN. Avec cette définition, le taux de patients répondeurs se limite a 20% ce qui semble peu à certains

Comme expliqé dans des articles précédents, c’est une vision tres restrictive de la notion de patient repondeur au traitement .. tous les patients ayant vu une amélioration notable de leur score histologique comme une baisse du NAS score de 2 points mais n’ayant pas atteint en 52 semaines la reversion de leur NASH en sont exclus !. si on les prenait en compte comme c’est le cas dans l’étude FLINT d’Intercept le taux de répondeurs passerait à 48% ce qui n’est pas la même chose et si on considerait comme répondeurs les patients ayant eu une amélioration significative de tous leurs marqueurs hépatiques sérologiques on dépasserait les 90% de répondeurs. c’est dire l’importance de la définition de répondeurs.

 

Nonobstant la définition retenue pour définir un patient répondeur, on peut se pencher sur le tableau annexe fourni avec l’article



Ce tableau n’inclut que les patients répondeurs selon la définition précitée et montre précisement que ces patients ont vu une réduction importante de leur fibrose, -0,6 sur le score allant de F0 a F3 ( les F4 etaient exclus de l’étude).

Mon propos vise a rappeler que l’ensemble de ces éléments ne s’appuient que sur un échantillon de foie prélevé par biopsie corrsepondant seulement à  un 50 000 ème  de la masse du foie. Le score de fibrose est mesuré sur le même échantillon qui sert à évaluer le score NAS.  

Il me semble donc logique que ces données soient corréllées !  Si l’echantillon prélevé correspond à une zone ou l’amelioration histologique s’est produite, on peut considerer que  cette amelioration est quasi systematiquement égale sur l’ensemble des paramètres ce qui permet de conclure que le traitement de l’inflammation et du balloning fait quasi systématiquement régresser la fibrose.

L’autre point mis en avant par GENFIT est que l’elafibranor est plus efficace sur les patients les plus avancés dans la maladie ce qui est une conclusion logique des chiffres fournis par les biopsies.  Certains analystes se focalisent sur ce point en reduisant alors le marché potentiel de la molécule ..

Mais là encore, on sait maintenant que la fiabilité des biopsies augmente statistiquement avec le degré d’avancement de la maladie. la variabilité des résultats est très importante pour les patients peu atteints et se réduit fortement pour les patients atteints .. ceci va mathematiquement impacter les résultats. 

Logiquement la fiabilité de lecture des résultats est  ainsi meilleure pour les patients les plus atteints ou les résultats montrent alors une grande efficacité du médicament, mais peut on en déduire que l’elafibranor est moins efficace chez les patients moins atteints ou que simplement la variabilité des échantillons ne permet pas de le démontrer ?

 On peut s’interroger !



question-mark-1026527 1920



WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016