LES INVESTISSEURS ET ANALYSTES BIOTECHS FRANCAIS SONT ILS SERIEUX ?

fool-1476189 1920


Philippe, un ami,  m’a récemment rapporté la réaction d’un investisseur biotechs professionnel francais lorsqu’il lui a demandé ce qu’il pensait de la société Genfit. La réponse fut lapidaire « resultats non atteints, et efficacité proche du placébo, pas de partenaire, on reste à l’écart »

Cela m’interpelle fortement sur le niveau général de ces soit disants spécialistes.

Si ces derniers se permettent de conseiller leurs board et leurs clients sur la base de ce type de commentaires, on comprend mieux le déficit d’investisseurs biotechs en France alors que nous avons de véritables pépites mondiales.

Si l’on se rapporte aux propos de ce « spécialiste » on voit que son analyse se limite à lire les 3 ou 4 premieres lignes des communiqués de presse, et encore. Si quelqu’un le paye pour ca je suis candidat tout de suite pour son poste ..

Le probleme est que ce type d’analyses a deux balles est monnaie courante dans le milieu, on demande à un analyste de couvrir les biotechs, et du jour au lendemain sans y vcomprendre grand chose, il  donne des avis qui, du fait de leur impact sur un marché de taille réduite, deviennent autoréalisateurs. Cela le conforte dans la justesse de ses analyses et ses mandants en déduisent qu’il est compétent..

Le monde de la finance dans toute sa splendeur … et puis au bout de quelques années  quand ses analyses sont contredites par les faits .. il retourne sa veste et va chercher de nouveaux argument pour expliquer pourquoi il avait raison et il a encore raison. Ses mandants ont pourtant raté la possibilité de très grosses plus values en n’anticipant pas les évolutions scientifiques pourtant clairement visibles depuis longtemps a un analyste faisant son travail.

Je ne met pas tous les analystes dans le même panier, il en existe qui font reellement leur travail qui prennent le temps de regarder sous la surface des news et se forment à interpréter les resultats des études cliniques. Mais comme souvent, ils rament à contre courant, leurs analyses pertinentes sont contredites par les variations de cours dictées par des incompétents. Chez les analystes Biotechs, la médiocrité est la règle, aller dans le sens du vent, le principe de base, retourner sa veste, leur quotidien. Les quelques analystes qui bossent leur dossier doivent se sentir bien seuls.

On comprend donc mieux pourquoi les investisseurs sont frileux sur les biotechs, avec les analyses disponibles bâclées, ils surfent de vagues en vagues sans reel cap ni road map .. les courts termistes font la loi, les vrais investisseurs n’ont pas d’argumentaires serieux pour investir à long terme, et le système de l’incompétence s’autoentretien.

Pour en revenir à l’investisseur cité au début de cet article je vais faire une petite analyse de son commentaire sur GENFIT et vous montrer à quel point il s’agit d’un cas d’école.

Son approche négative lapidaire s’appuie sur deux points :

  • Objectifs Phase 2b non atteints
  • Resultats proches du placébo


C’est malheureusement la lecture de nombreux ‘spécialistes ‘ financiers.

Ces spécialistes sont surement très compétent en finance mais pour ce qui est de la lecture des resultats d’études clinique c’est autre chose.

Lorsque GENFIT a publié son communiqué de presse initial pour présenter ses résultats de phase 2b, il a effectivement écrit que l’objectif initial n’avait pas été atteint. et c’est sur cette phrase que s’est forgé l’opinion de l’analyste cité .. 

Le fait que depuis, la FDA a révisé les criteres de définition de la maladie au regard des avancées scientifiques et que,au regard de ces nouveaux critères  l’étude de phase 2b de GENFIT ait été un total succés ( ce qui a été confirmé par la publication dans Gastroenterology) lui est passé totalement au dessus de la tête. 

Et pourtant cela devrait le faire réagir si il avait un minimum d’intérêt pour le sujet. Car aucune autre biotechs n’a reussi à obtenir des resultats positfs sur les nouveau critères exigés, à part GENFIT.

Imaginons une petite analogie

Un organisme de régulation décide, au vu d’analyses scientifiques que les nouveaux  tunnels  ferroviaires devont avoir une section triangulaire.

Les deux principaux fabricants testent leur trains pour voir si ils passent par le tunnel. 

Le premier a des trains de section carrée et fait passer son train dans le tunnel triangulaire au prix de tres gros dégats et publie, « Nous sommes passés".

Le second a des trains de section ronde et traverse le tunnel triangulaire sans dégâts mais en ayant du détacher du train le plus gros de ses wagons de queue qui ne passait pas (wagon que le premier candidat n’avait pas accroché à son train) et publie : "Nous n’avons pas reussi à passer avec le wagon de queue  (que les autres n’avaient pas) mais en l’enlevant, on passe juste"

Pour enfoncer le clou lorganisme de régulation écrit clairement que finalement, ce wagon de queue n’est pas nécessaire.

Et bien, dans notre cas l’analyste très compétent en déduit que :

"Le premier constructeur passe, alors que le second constructeur n’a pas atteint son objectif .. »  …/… « Achetez le premier et vendez le second"

Déja on peut s’interroger sur sa capacité d’analyse  car le même probleme donné à des étudiants de collége donnerait sans nul doute une réponse plus pertinente que la sienne.

Mais surtout comment peut il ignorer que quelque mois plus tard l’organisme de régulation au vue des avancées scientifiques à décidé que finalement les tunnels seront de section rondes et que, de ce fait, le second fabriquant passe dans les nouveaux tunnels, meme sans enlever le wagon de queue alors que le premier ne passe plus du tout.

Et bien c’est ce qu’il fait, nonobstant la faiblesse de son analyse initiale, il s’y accroche en ignorant l’evolution des contraintes qui modifie du tout au tout les résultats.

C’est analyste est il compétent ?  à mes yeux, NON ! il est même nul.

Avec de telles données et ses conclusions ils serait recalé au moindre examen, même au collège.




Concernant les résultats proches du Placebo, c’est manifestemant une mauvaise lecture des résultats et une incapacité à essayer de comprendre les critéres des étude cliniques et leurs mécanismes.

En grande  maille, sur le critere de reversion de la NASH utilisé par GENFIT dans son étude, L’elafibranor fait deux fois mieux que le placébo .. C’est aussi le cas de l’étude conccurente d' INTERCEPT mais cette derniere avait des critères bien plus facile a atteindre ( Baisse du score NAS de 2 points au moins sans aggravation de la Fibrose, sur ce critere l’Elafibranor fait jeu égal)

Surtout c’est ignorer la complexité de mesure des endpoints histologiques sur le foie qui s’appuient sur un seul échantillon présevé au hasard et representant seulement 1/50 000 de l’organe étudié .. moins les patients sont malades , moins la mesure est fiable.

Sur ce point j’invite les analyste à lire un article expliquant précisément les biais de ce type de mesures. 

LES BIOPSIES EN QUESTION ! FAUX NEGATIFS , FAUX POSITIFS !

Si les évolutions des indicateurs sérologiques (métaboliques) du foie avaient étés intégrés dans les critères de l’étude au delà des seuls criteres histologiques, L’elafibranor aurait fait 20 fois mieux que le placébo. 

Cette approche est d’autant plus pertinente que la FDA vient de donner une autorisation de mise sur le marché à l’OCA pour une autre maladie du foie (PBC) sur mesure de baisse d’un seul  indicateur métabolique, l’ALP. 

Cela n’est donc pas un délire de ma part.

Mais voila .. il aurait fallu que cet analyste investisseur prenne le temps de lire et d’essayer de comprendre les résultats, de les comparer aux autres études, de lire les études connexes sur le peu de fiabilité des biopsies, d’analyser les autres paramètres publiés et leurs évolutions, de lire les notes et débats de la FDA … 

Pour résumer ! de bosser son sujet 

Malheureusement il doit penser que ses conseils sont précieux vu que le cours de bourse de GENFIT  lui donne raison  pour l’instant. 

Il aurait donné des arguments de financier comme : le marché n’est pas porteur pour les valeurs risquées en ce moment, et les biotechs sont sur une phase de repli , on reste a l’écart , il aurait fait son job! 

Mais ses pseudo arguments scientifiques présentés, essayant de faire croire qu’il connait le dossier alors qu’il n’y comprend manifestement rien m'ont fait réagir 


stupid-487043 1920





Bon, si un cabinet d'analystes veut me bien confier quelques études de biotechs, contre une bonne rémunération, je suis pas contre ;°) 

Pour l’instant je bosse gratuitement ( même pas un café , sniff) , et plus serieusement que ceux qu’ils payent pour cela.




G Divry



WWW.NASHBIOTECHS.COM  -  Copyright G DIVRY 2015-2016  - Contact and TERMS OF USE